Grand reportage - Villages de réfugiés en Calabre, la fin d’un modèle?

Sauver des villages abandonnés en intégrant des demandeurs d’asile : c’est le pari fait par plusieurs villages de Calabre, certains dès la fin des années 90. Surnommée « la ville des migrants », la localité de Riace a notamment accueilli jusqu’à 600 personnes, pour quelque 2 000 habitants. Une expérience brutalement interrompue en octobre 2018 avec l’arrestation du maire de la ville, Domenico Lucano. Mis en examen à la suite de soupçons d'aide à l'immigration illégale et d’irrégularités dans l’octroi de subventions, il est depuis assigné à résidence hors de Riace. À trois kilomètres de là, la localité de Camini accueille toujours 90 personnes étrangères, majoritairement des réfugiés syriens, et multiplie les projets. Un modèle aujourd’hui en sursis, alors que l’actuel Système de protection pour demandeurs d’asile et réfugiés se termine à la fin de l’année. Un Grand reportage de Pauline Bandelier. (Rediffusion du 19 septembre 2019)

2020-04-24 14:19:56 Lire l'article

Grand reportage - La Centrafrique face aux enfants soldats

Combien sont-ils encore aujourd’hui ces enfants soldats ?  En Centrafrique, l’accord de paix signé en février 2019 entre le gouvernement et 14 groupes armés, a permis un relatif retour au calme… Mais au milieu des violences qui perdurent, les enfants sont toujours bien présents… Les autorités estiment qu’en 2013, environ 100 000 enfants ont pu être recrutés par les groupes armés… Ils sont près de 14 000 à avoir été « libérés ». RFI est allée à leur rencontre. Afin de les protéger, tous leurs noms ont été modifiés.   « La Centrafrique face aux enfants soldats », un Grand reportage de Charlotte Cosset.

2020-05-05 22:57:18 Lire l'article

Grand reportage - Quand l'érosion grignote la dune

Si l’érosion des côtes est un phénomène naturel, les plages de sables, qui occupent plus d’un tiers des littoraux de la planète, souvent dans des régions très peuplées, sont menacées de disparition par l’érosion, une érosion due à de nouvelles constructions, aux tempêtes, et à la hausse du niveau marin consécutive au réchauffement climatique. En France, le littoral atlantique, de la Vendée jusqu’au Pays Basque, est un long cordon de dunes de sable très sensibles aux mouvements du vent et de l’océan, mais la côte vendéenne reste à l'équilibre entre érosion et accrétion - dépôts de sable -. Pourtant, de nouvelles constructions couplées à de violentes tempêtes, comme celle de Xynthia en 2010, engendrent des risques pour les populations qui vivent au bord de la mer. (Rediffusion du 18 mars 2020)   DIAPORAMA  

2020-04-28 12:45:54 Lire l'article

Grand reportage - Espagne: Madrid fragilisée par la crise de 2008 encaisse la pandémie

Nous partons pour l’Espagne, à Madrid, en pleine pandémie du Covid-19 avec un des taux de mortalité les plus élevés du monde, où les quartiers défavorisés comme ici Puente de Vallecas ou Leganés, au sud de Madrid, ont payé un lourd tribut, avec des milliers de morts dans les hôpitaux et les maisons de retraite.  Ces quartiers en subissent désormais les conséquences avec une crise économique et sociale héritée de 2008, et dont les signes sont déjà bien visibles. "Espagne: Madrid fragilisée par la crise de 2008 encaisse la pandémie", un Grand Reportage à Madrid, de Véronique Gaymard. 

2020-05-20 13:33:45 Lire l'article

Grand reportage - Débutants et en première ligne face au coronavirus

Ils s’appellent Sarah, Victor, Yasmine, Nora, Maxime et Marie. Tous sont infirmiers en région parisienne et diplômés depuis moins d’un an, certains depuis tout juste un mois. Aux urgences, en médecine interne, en hospitalisation à domicile ou en maladies infectieuses, ils font en ce moment leurs premières armes en pleine pandémie de Covid-19. Comment ont-ils vécu leur arrivée dans les services ?  «Débutants et en première ligne face au coronavirus», un Grand reportage de Marie Normand. 

2020-04-30 12:33:31 Lire l'article

Grand reportage - Cuba: entreprendre en pays socialiste

À Cuba, on peut désormais parler business ! Le secteur privé se développe et l’économie se privatise. Attirant toujours plus de jeunes, le secteur privé est même considéré par certains comme une solution de sortie à la crise économique que traverse le pays. Pour les Cubains, travailler dans le secteur privé, c’est l’assurance d’un meilleur niveau de vie, mais encore faut-il jongler avec les barrières administratives de l’économie étatique. «Cuba : entreprendre en pays socialiste», un Grand reportage de Domitille Piron.

2020-05-15 18:51:33 Lire l'article

Grand reportage - Gambie: pourquoi le journaliste Deyda Hydara a-t-il été assassiné en 2004?

Deux anciens hommes de main de l'ancien président Yahya Jammeh ont avoué avoir tiré sur le journaliste Deyda Hydara. Mais, pour le moment, aucune poursuite judiciaire n'a été engagée contre eux. Les coupables, le commanditaire et le mode opératoire sont désormais connus. Le soir du 16 décembre 2004, le journaliste Deyda Hydara a été pris en chasse par des escadrons de la mort soumis aux ordres de l’ancien dictateur Yahya Jammeh. Ils ont tué le cofondateur du journal The Point, d'au moins trois balles dans le corps. Cet infatigable défenseur de la liberté de la presse était devenu la bête noire du tyran Jammeh. Parmi les quatre assassins, le chef des opérations, Tumbul Tamba, est mort. Sanna Manjang, accusé de très nombreux crimes, est sous le coup d’un mandat d’arrêt pour le meurtre de Deyda Hydara, il a fui le pays en 2017 et il vivrait actuellement en Guinée Bissau. Fin juillet, les deux autres membres de l'expédition punitive ont témoigné devant la Commission vérité, réconciliation et réparations. Ils étaient détenus en prison militaire lors de leur audition. L'un d'eux, Malick Jatta a été libéré début août avec trois autres Junglers, les hommes de main de Yahya Jammeh. Sa libération doit permettre d'encourager d'autres auteurs présumés de crimes à venir dire la vérité, s'est justifié le ministre de la Justice. Pour la famille de Deyda Hydara, cette libération est une trahison. Le 6 décembre, une pétition a été déposée au ministère de la Justice pour demander le retour en détention des Junglers. Depuis quinze ans, le journal The Point affiche cette question « qui a tué Deyda Hydara » ? Aujourd'hui, la famille se demande qui répondra de ce crime ? ► Gambie : « Deyda Hidara restera dans les annales du journalisme » (Rediffusion du 16 décembre 2019)

2020-05-04 14:11:05 Lire l'article

Grand reportage - Se reconstruire après le cancer du sein

Tout au long du mois, une grande campagne de communication Octobre rose est lancée en France pour sensibiliser les femmes au dépistage du cancer du sein. Pendant la maladie, elles sont accompagnées, très entourées par le milieu médical. Mais une fois les traitements terminés, elles se retrouvent souvent seules. À Amiens, dans le nord de la France, une structure privée, le centre S’time, s’est spécialisé dans l’après cancer.«Se reconstruire après le cancer du sein», un Grand Reportage de Lise Verbeke. (Rediffusion du 29 octobre 2019)

2020-04-27 13:25:31 Lire l'article

Grand reportage - Veiller l’infox en temps de crise sanitaire

Coronavirus : tous ceux qui veillent l’infox doivent être particulièrement vigilants. En temps de crise, les fausses informations se propagent davantage encore : des recettes miracles pour guérir, à la recherche de boucs émissaires responsables de la situation, le coronavirus est devenu le sujet principal de l’infox. Quels sont ses thèmes de prédilection et qu’en disent ceux qui ont la mission de la débusquer, de la démentir et de l’analyser ?     Veiller l’infox en temps de crise sanitaire, un Grand reportage de François Bernard, réalisé par Pierre Chaffanjon.

2020-05-06 16:14:34 Lire l'article

Grand reportage - L’industrie au secours de l’hôpital, l’exemple de PSA

Des producteurs d'alcool qui se lancent dans le gel hydroalcoolique. Des couturiers qui fabriquent des masques ou des blouses, ou encore des constructeurs automobiles qui se lancent dans la fabrication de respirateurs. Partout dans le monde, l'industrie prouve qu'elle est capable de s'adapter. En France, face à la pénurie de respirateurs dans les hôpitaux, quatre groupes industriels qui se sont alliés. Air Liquide, Peugeot-Citroën -PSA-, Valeo et Schneider Electric. Chacun est chargé de concevoir une partie du futur respirateur, comme ici à l’usine PSA de Poissy.

2020-04-21 13:46:34 Lire l'article

Grand reportage - Le confinement vu par les journalistes et correspondants de RFI

Grand reportage donne la parole à six journalistes et correspondants de RFI à travers le monde. Chacun nous raconte cette période si particulière que nous partageons tous, le confinement plus ou moins restrictif, la vie par temps de pandémie. Première escale, New York avec Loubna Anaki. David Baché travaille au service économie de RFI. Juste avant l’arrêt des déplacements, il est parti dans les Landes, un département du sud de la France, pour s’y retrouver en famille. Anne Le Nir est la correspndante de RFI à Rome, ville somptueuse, tempétueuse, bruyante, aujourd’hui réduite au silence. Jean-Luc Aplogan, lui, est correspondant à Cotonou, et cette pandémie est venue bouleverser ses habitudes. Sébastien Farcis est notre correspondant en Inde et, de New Delhi, il observe comment cet immense pays, le pouvoir, a géré la crise. Dernière étape : le Nigeria, Moïse Gomis est le correspondant de RFI à Abuja, la pandémie, lui, a fermé les frontières. Réalisation : Pierre Chaffanjon.

2020-05-01 13:03:19 Lire l'article

Grand reportage - Plongée dans le New York confiné

C’est devenu l’épicentre mondial de l’épidémie de Covid-19 avec 19 000 morts et 180 000 cas… New York et ses 8 000 000 d’habitants entament leur 9ème semaine de confinement. Une situation qui va durer, alors que certaines localités de l’État devraient entamer un déconfinement en douceur dans les jours qui viennent.   Durement touchée par l’épidémie et la crise économique, New York tourne au ralenti et les New-Yorkais qui ont connu le 11 Septembre, l’ouragan Sandy, refusent de céder à la peur et trouvent des moyens de s’adapter à cette vie hors normes.   "Plongée dans le New York confiné", un Grand reportage de Loubna Anaki.

2020-05-14 13:09:50 Lire l'article

Grand reportage - En Uruguay, l’apprentissage du cannabis légal

En 2013, l’Uruguay devenait le premier pays au monde à légaliser la culture et la vente de cannabis récréatif. Prenant acte de l’échec de l’approche répressive de la «guerre contre la drogue», le président d’alors, José Mujica, que vous venez d’entendre, proposait de faire de son pays «un laboratoire pour le monde entier». Sept ans plus tard, cette expérience inédite commence à porter ses fruits. «En Uruguay, l’apprentissage du cannabis légal», c’est un Grand Reportage de Théo Conscience.

2020-05-12 15:11:53 Lire l'article

Grand reportage - Pollution: le «Quadrilatère de la mort» sicilien

Dans l’est de la Sicile, entre Syracuse et Augusta, s’étend l’un des plus grands pôles pétrochimiques d’Europe. Dix usines industrielles chimiques et de raffinage de pétrole se partagent 25 kilomètres de côte ;  30% de l’essence consommée en Italie est d’ailleurs produite ici. L’implantation industrielle, depuis les années 50, a élargi la pollution aux sols, à l’air, aux nappes phréatiques, et même à la mer… les 180 000 habitants des quatre communes concernées dénoncent un cauchemar sanitaire, chacun accuse la pollution d’avoir tué l’un de ses proches par cancer du poumon, du colon ou du sein. Le «Quadrilatère de la mort» sicilien, un Grand reportage de Clémentine Méténier. ►Diaporama: cliquez ici pour défiler(Photos: Alberto Campi | WeReport)  

2020-04-22 19:49:46 Lire l'article

Grand reportage - Londres: lumières artificielles et plantations hors-sol, les tendances de l’agriculture urbaine

La popularité de l’agriculture urbaine remonte au lendemain de la Deuxième Guerre mondiale. Elle est née dans un contexte de lourdes pénuries et était alors un mode de subsistance pour les citadins.  Avec l’industrialisation, les espaces cultivables ont rétréci, mais aujourd’hui les fermes urbaines sont en plein essor. Exemple à Londres où on cultive à ciel ouvert mais aussi sous terre !Reportage d'Ariane Gaffuri.(Rediffusion du 22 janvier 2020)   Ce reportage a été réalisé avec le soutien de  l’Union européenne.   Sites :- La Ferme Oasis Waterloo, Londres.- Le jardin Communautaire Calthorpe, à King’s Cross, Londres.- Growing Underground, un potager dans un abri souterrain de la Deuxième Guerre mondiale.- Le Gavroche, à Mayfair, Londres, restaurant du Chef étoilé Michel Roux Junior.- Capital Growth, organisation gouvernementale qui promeut l’agriculture urbaine à Londres. ► Regardez la vidéo   DIAPORAMA  

2020-05-13 13:06:15 Lire l'article

Grand reportage - Les défis de la justice post-confinement

Depuis le début du confinement, la justice est au ralenti. Seul le traitement des urgences, liées essentiellement aux questions de liberté et de protection des personnes, a été maintenu. Ce 11 mai 2020, l’appareil judiciaire entame aussi son déconfinement. Mais, il lui faudra du temps pour tourner à nouveau à plein régime. D’autant que, tant que l’épidémie persiste, les mesures de sécurité sanitaire vont continuer d’altérer son fonctionnement. Et pourtant le temps presse. Car chaque jour, les dossiers s’entassent et la justice est aujourd’hui confrontée à un engorgement sans précédent. Pourra-t-elle y faire face, sans rogner sur ses principes et les droits des justiciables ? « Les défis de la justice post-confinement », un Grand reportage de Laura Martel.

2020-05-11 15:16:13 Lire l'article

Grand reportage - Le nord de la Birmanie face au fléau de la drogue

RFI vous emmène dans le nord de la Birmanie, une région confrontée au problème de la drogue… Le pays est le 2ème producteur au monde d’opium, après l’Afghanistan, et surtout l’un des plus gros producteurs de méthamphétamines. Dans l’État Kachin, une région frontalière avec la Chine, où les combats ont repris en 2011 entre l’armée birmane et les rébellions ethniques, la consommation de drogue y est extrêmement élevée. Un véritable défi sanitaire, en raison du développement des épidémies comme le VIH, et à cause d’un accès aux soins difficile. Tout cela dans un pays où les usagers de drogue sont très fortement stigmatisés, où la politique très répressive criminalise les petits consommateurs. Le nord de la Birmanie face au fléau de la drogue, c’est un Grand reportage de Sarah Bakaloglou.  (Rediffusion du 30 mai 2019)

2020-05-22 20:09:53 Lire l'article

Grand reportage - Les arabicas éthiopiens à la conquête du monde

Grand reportage en Éthiopie. RFI vous emmène sur les lieux où est né le café. Les forêts d'altitude du sud-ouest du pays recèlent probablement des centaines de variétés d'arabica encore inconnues. C'est de là que le café a été transporté au Yémen, d'où il s'est diffusé depuis le XVIème siècle, pour connaître aujourd'hui le succès que l'on sait. Depuis plus d'un siècle, le petit grain constitue la principale ressource commerciale de l’Éthiopie. En 2019, il représentait encore un tiers des revenus d'exportation. La culture du café fait également vivre 5,3 millions de paysans dans de très petites exploitations de moins de 1 hectare en majorité. Par ricochet, autour d'un quart de la population en dépend directement ou indirectement. Entre un État qui cherche à obtenir des dollars, donc à produire et exporter davantage, et des petits paysans qui cherchent à obtenir un prix plus juste, le café d’Éthiopie doit se réinventer, notamment en misant sur la qualité et son atout principal : être le seul endroit au monde où la plante pousse à l'état sauvage. «Les arabicas éthiopiens à la conquête du monde», un Grand reportage de Vincent Dublange, mis en ondes par Pierre Chaffanjon. (Rediffusion du 6 février 2020)

2020-04-22 12:51:24 Lire l'article

Grand reportage - Malte: le combat des militants pour dépénaliser l'avortement

Parmi les effets collatéraux du confinement et des restrictions de déplacement, l’impossibilité pour bon nombre de femmes de voyager pour mettre un terme à leur grossesse dans un pays où la loi les y autorise. À Malte, par exemple. La fermeture des frontières rend impossible tout avortement à l’étranger.Or, cette petite île au sud de la Méditerranée est le dernier pays de l’Union européenne à interdire complètement l’IVG, sans aucune exception… Un sujet complètement absent du débat politique jusqu’il y a encore quelques mois et sur lequel des militants et une poignée de médecins tentent de briser le tabou. "Malte: le combat des militants pour dépénaliser l'avortement", un Grand reportage de Cécile Debarge.

2020-05-15 13:49:57 Lire l'article

Grand reportage - Déconfinement en Oklahoma: le réveil difficile

En deux mois, le Covid-19 a fait plus de 36 millions de chômeurs aux États-Unis. Le taux de chômage dans la première puissance mondiale pourrait atteindre les 20%, du jamais vu depuis la Grande Dépression des Années Trente. Face à cette dévastation économique, plusieurs États américains ont commencé à assouplir les mesures de confinement destinées à ralentir la pandémie. C’est le cas de l’Oklahoma, petit État rural et conservateur du midwest dans le Bible Belt, foyer religieux des États-Unis. Ce redémarrage est farouchement défendu par Donald Trump pour enrayer l’envolée du chômage. Mais d’autres craignent que la reprise de l’activité soit trop rapide alors que les États-Unis pourraient franchir d’ici la fin du mois le cap des 100 000 morts.  «Déconfinement en Oklahoma: le réveil difficile», un Grand reportage d'Éric de Salve.

2020-05-21 15:09:06 Lire l'article

Grand reportage - Ilva: à Tarente, l'impossible choix entre emploi et santé

Dans le sud de l'Italie, l'avenir de la plus grande aciérie d'Europe est menacé par la volonté de désengagement d'ArcelorMittal du site. Un site qui emploie directement 8 200 salariés, mais qui est très critiqué pour la pollution qu'il provoque. Des cheminées qui se détachent sur un ciel noir où volent des colombes blanches. Voilà la représentation de la ville de Tarente par l’artiste local Domenico Campagna. Un ciel noir « comme quand le vent du Nord disperse les poussières nocives pour la santé, un ciel noir parce que notre humeur est noire en ce moment », explique-t-il. Cette installation créée à l’occasion du premier anniversaire de la mort à cause d’une forme rare de cancer d’un adolescent, Giorgio, est la « synthèse de la douleur vécue par les Tarentins », analyse Francesca Di Ponzio du centre culturel CLAM. « Le cancer est partout, et l’une des causes est sans aucun doute l’Ilva qui nous a pourtant procuré tant de bien-être, et apporté le boom économique dans la ville », mais aussi de « la douleur ». Giorgio di Ponzio a succombé à un sarcome des tissus mous à cellule claire. Carla Lucarelli, sa mère, en est convaincue « à 100 %, sa maladie a été provoquée par la dioxine », car elle est « une tumeur sentinelle des zones polluées ». Alors, elle a demandé au Premier ministre Giuseppe Conte la fermeture de l’ex-Ilva. « Quand la production augmentait, la mortalité augmentait » La maladie de Giorgio n’est pas un cas isolé dans la ville. « Les études scientifiques ont montré que dans la zone de Tarente, il y avait un nombre excessif de cas de certaines maladies », explique Annamaria Moschetti, présidente de la commission pour l’environnement de l’Ordre des médecins de Tarente. « Et l’incidence est plus forte sur les habitants des quartiers les plus proches de la zone industrielle. Ce sont des maladies qui ont des origines multifactorielles, mais qui peuvent être reliées à des substances polluantes. » Et d’énumérer : « Il y a, par exemple, un nombre supérieur à la moyenne de tumeurs du poumon, de maladies cardiovasculaires et respiratoires. Il y a aussi une mortalité générale plus importante en lien avec les poussières d’origine industrielle. On a vu que quand la production industrielle augmentait, la mortalité générale augmentait. Quand la production baissait, la mortalité diminuait. » La contamination peut se faire par voie respiratoire, et alimentaire, ou encore à travers la poussière, surtout pour les enfants qui mettent la main à la bouche. Si le rapport Sentieri (à consulter ici, en italien), étude épidémiologique de référence, reste prudent sur le taux de mortalité des enfants et des jeunes, il met en avant un nombre de cas de cancers supérieur à la moyenne. Un seul exemple : entre 2006 et 2013, le nombre de tumeurs de la thyroïde chez les 20-29 ans de Tarente était 70 % plus élevé que dans l’ensemble de la région. Une voie rapide en guise de séparation L’inquiétude porte, en particulier, sur la proximité entre l’usine et la ville. C’est en roulant sur la voie rapide construite en surplomb que l’on s’en rend le mieux compte. D’un côté, le site sidérurgique, l’immense « serre » qui recouvre depuis peu les parcs de minerais, ses cheminées. De l’autre, quelques arbres et le quartier populaire des Tamburi. « De la plus haute des cheminées », visible depuis les Tamburi, « est sorti jusqu’à une quantité de dioxine équivalente à 10 000 incinérateurs », raconte Alessandro Marescotti, président de l’association Peacelink qui dénonce, depuis des années, la pollution industrielle dans cette ville de Pouilles. Sa visite guidée du quartier commence devant une plaque murale. « Il y est inscrit, lit-il : “Les jours de vents de nord-nord-ouest, on est enseveli sous des poussières de minerais et asphyxié par les émanations de gaz provenant de la zone industrielle Ilva. Pour tout ça, nous maudissons ceux qui peuvent faire quelque chose et ne font rien pour y remédier”. » Et de commenter : « Malheureusement, c’est exactement ce qu’il s’est passé. La politique a fait peu, voire parfois rien du tout. » Le(s) gouvernement(s) critiqué(s) de toutes parts Le rôle joué par institutions est contesté de toutes parts à Tarente. Par les syndicats d’un côté et (parfois) pour d’autres motifs, par Alessandro Marescotti. « Le gouvernement fait pression sur ArcelorMittal qui voulait s’en aller pour qu’il continue à produire alors que depuis 2012, l’Ilva produit à perte. Donc : on ne peut même pas dire qu’il y a eu des morts pour faire du profit ! » Mais profit ou pas, l’ex-Ilva qui a aussi une aciérie à Gênes est un poids lourd de l’économie locale. Selon la Svimez, l’Association pour le développement de l’industrie dans le Sud, une fermeture aurait un impact de 0,2 % sur le PIB de l’Italie, 0,7 % sur le PIB du sud de la botte. Le site de Tarente a d’ailleurs été classé : entreprise « d’intérêt stratégique national ». Mais, Alessandro Marescotti ironise : « Si c’était le cas, elle n’aurait pas été donnée à une multinationale étrangère. » « Si l’Ilva ferme, c’est Tarente qui ferme » Mais, la fermeture n’est pas nécessairement souhaitée par les voisins directs de l’immense étendue industrielle. Lucia Gallo travaille dans une petite boutique d’olives et d’huile, et vit depuis toujours aux Tamburi. La jeune femme se plaint de « l’air parfois irrespirable » et de la « poussière sur les balcons ». Fermer l’Ilva « cela rendrait service à tout le monde », avance-t-elle, avant de nuancer : « mais, les gens qui y travaillent où iraient-ils ? Mon père y a travaillé pendant des années, j’ai des amis, de la famille, s’ils sont licenciés : ils font quoi ? » Un homme intervient : « Ici, on est des morts vivants. » Direction le cimetière, limitrophe de l’usine, lui aussi. Signe de la colère locale, le nom de l’Ilva a été tagué sur un panneau de signalisation indiquant le chemin à prendre. Le fleuriste, Domenico Fumato, peste lui aussi contre « l’Italsider », l’ancien nom de l’Ilva, mais il a grandi dans ce quartier et « ne le quittera jamais ». Il espère une mise aux normes du site, mais pas sa fermeture. « Sinon, c’est Tarente qui ferme ». De fait, selon la Svimez, pour la période 2019-2024, près de 42 000 emplois directs et indirects sont en jeu dans l’ensemble des Pouilles, une région où le chômage dépasse les 16 % (donnée Eurostat 2018). Décrets « Salva Ilva » L’emploi est déjà menacé par les vicissitudes de l’aciérie. En 2012, le secteur à chaud - dont les hauts-fourneaux font partie - est saisi à titre conservatoire par la justice. S’ensuivent de multiples décrets dits « Salva Ilva » pour permettre la poursuite de l’activité. En 2013, l’usine est placée en « administration spéciale » par l’État. Quelques années plus tard, un accord est signé avec Arcelor Mittal qui reprend le site, mais pas tous ses employés, plus de 1 600 passent par la case « chômage technique ». Depuis, la Cour européenne des droits de l’homme a considéré que l’État avait violé la loi. Ce n’est pas la fin des rebondissements. En novembre 2019, le « bouclier pénal », (une protection juridique relative à des cas de pollution) auquel s’opposait le Mouvement 5 étoiles a été retiré. C’est alors qu’ArcelorMittal a décidé de rompre le contrat et a plongé 8 200 salariés directs et des milliers de travailleurs d’entreprises gravitant autour de l’aciérie dans l’incertitude. Fin janvier 2020, le gouvernement italien et le groupe franco-indien n’avaient pas encore conclu leurs négociations, alors qu’une action en justice est en cours. Mais, au cours de ces trois derniers mois, l’industriel qui n’a pas souhaité répondre à nos questions, a évoqué l’éventualité de supprimer des milliers postes. Les salariés sont diversement inquiets. « Soit on perd le travail, soit la vie, donc ça ne change rien ! », lance l’un d’eux résigné. Toujours à la sortie de l’établissement, Giovanni Panariti se montre plus confiant quant à son avenir. Son souhait : faire coïncider travail et environnement. Sans plus se dévoiler, il dit savoir « ce que ce mal maudit signifie. Alors, s’il est surtout lié à l’usine, il est normal de faire quelque chose pour réduire » les risques. Un de ses collègues, Daniele D’Amicis assure, lui, que des « améliorations ont déjà été apportées au cours des 20 ans », qu’il a passés dans l’usine. Les parcs à minerais sont d’ailleurs en train d’être couverts pour éviter que les poussières ne se dispersent sur les quartiers avoisinants, surtout les jours de vent. Une mesure jugée « insuffisante » par Alessandro Marescotti. « Le gouvernement a fourni un alibi » En attendant, alors que l’avenir du site est sur la sellette, les syndicats regrettent de ne pas être davantage inclus dans les négociations. Biagio Prisciano, secrétaire général adjoint de la section locale de la FIM-CISL, s’inquiète d’autant plus qu’à ses yeux, le plan du géant de l’acier « ne propose que des suppressions de postes et vise simplement à fermer l’usine ». Or, il considère qu’il n’y a pas de plan B pour replacer tous les travailleurs. En revanche, « il est clair que nous voulons un site qui respecte l’environnement et la santé ». Plus critique encore l’approche de Francesco Rizzo ouvrier de l’Ilva et coordinateur départemental du syndicat USB. Il appelle le gouvernement à tourner la page ArcelorMittal. Et de déclarer : « Je n’attendais pas la fermeture immédiate de l’usine, parce que cela aurait été une saignée en termes d’emplois. Mais j’aurais espéré que d’un côté, aurait été établi un plan définissant les délais et la modalité de mise à l’arrêt des installations polluantes, et de l’autre un planning d’interventions que le gouvernement ferait sur le territoire pour stimuler l’économie et permettre de replacer les personnes qui, petit à petit, seraient sorties de l’usine. » Des investissements, c’est aussi ce que réclame le président de la province de Tarente, Giovanni Gugliotti qui veut croire en la possibilité de faire un acier « vert » dans la ville des deux mers. Mais, il préfère rester prudent, si l’Ilva doit polluer « il est clair qu’il faut la fermer », estime-t-il. Il voudrait surtout que le gouvernement associe davantage les entités locales. Un plan d’assainissement en cours Pour l’instant, l’aciérie continue de cracher ses vapeurs et fumées. Néanmoins, un plan d’assainissement a déjà été mis en place. La commissaire spéciale pour l’assainissement de Tarente, Vera Corbelli a même élargi la zone bien au-delà des limites fixées au début de sa mission. Des interventions sont en cours, ou prévues avec des opérations « d’enlèvement » et de « recomposition » de parties superficielles du sol, des actions sur des nappes phréatiques, ou encore sur la « petite mer », la mer intérieure qui fait la spécificité de Tarente. Dans cet écosystème où l’on trouve, entre autres, des colonies d’hippocampes, le commissariat ne mène pas des interventions invasives, « on agit uniquement sur les zones où le risque est plus important », explique-t-elle encore. Mais, quelle est la part de la pollution provoquée par l’ex-Ilva ? Difficile à dire selon Vera Corbelli, « car il y a aussi l’Eni (une raffinerie, Ndlr) et d’autres structures. Tout le système industriel doit représenter 30-40 % des cas d’atteinte à l’environnement à Tarente. » « Ilva : à Tarente, l’impossible choix entre emploi et santé ». Un Grand Reportage de Pauline Gleize. Réalisation : Pierre Chaffanjon. (Rediffusion du 4 février 2020)

2020-05-19 14:20:50 Lire l'article

Grand reportage - Sans-abris, migrants, précaires: leur confinement

Comment se confiner quand on est sans abri ?Quand la santé publique recommande de s’enfermer pour se protéger, que faire quand on est sans domicile, à la rue ou sous la tente, c’est le cas des plus précaires, des migrants aussi.Pour ceux qui ont la chance d’être pris en charge, c’est une heureuse parenthèse, pour les autres un plongeon dans la misère. « Sans-abris, migrants, précaires : leur confinement »C’est un Grand reportage de Romain Lemaresquier à Paris, et David Baché à Hendaye, dans le sud de la France.

2020-05-07 13:53:46 Lire l'article

Grand reportage - Coronavirus, la vie au ralenti à Dakar

Le Sénégal est un des pays touchés par le coronavirus en Afrique de l’Ouest. Le pays compte à ce jour environ 500 patients pris en charge après avoir été contaminés. La propagation du virus semble s'accélérer ces derniers jours, cette transmission n’est plus liée uniquement aux cas importés qui avaient traversé la frontière, elle est devenue communautaire dans plusieurs villes et villages du pays. L’État a pris depuis le début de la pandémie des mesures fortes : fermeture des frontières, des écoles, état d’urgence, interdiction des rassemblements et couvre-feu en vigueur de 20H à 6H, ou encore port du masque obligatoire. Résultat : dans la capitale, les Sénégalais tentent de limiter leurs déplacements… de gré ou de force. Le tout pour endiguer la progression de la pandémie, avec de lourdes conséquences pour l’économie et la vie au quotidien.  Coronavirus, la vie au ralenti à Dakar. C’est un Grand reportage de William de Lesseux, réalisé par Pierre Chaffanjon.

2020-04-29 16:41:44 Lire l'article